Séjour Vauclin jour 3

Mercredi
Le catamaran commence le matin, je petit déjeune assez tôt puis direction le centre nautique.

Je m’arrange pour que la séance ne soit pas avec la même personne qu’hier, du coup nous montons les catamarans en nouveaux duos, ce qui n’est pas pour me déplaire. Mission accomplie !

La sortie se passe très bien, nous nous entendons bien avec mon coéquipier, et nous allons plus loin que la veille, voir les récifs de très prés. La sortie n’est pas spécialement palpitant, il n’y a pas beaucoup de vent, mais comparé au désastre de la veille c’était une très bonne sortie.

Au retour, je rentre pour déjeuner, du gros poisson cuit au four, bien sympa, et en discutant avec une des personnes de l’ucpa je me rend compte qu’il y a du piment a disposition juste à coté, ce que note pour les repas suivants !

De suite après le déjeuner, je trouve un super bon plan pour aller faire une sortie en bateau au lieu de rester sur site et d’aller faire une randonnée. La randonnée attendra.

Je part donc accompagné du groupe de cocktail forme dans les voitures qu’elles ont loué, et 30 minutes plus tard nous arrivons sur le site.

Un martiniquais des plus local nous accueille dans son gros hors bord et nous partons en direction des ilets alentours. L’objectif est de faire une boucle « historique » des ilets locaux, qui méritent le détour.

P112060311

Mais, avant de voir les ilets, petit détour. Il nous arrête au milieu d’un lagon dans lequel on se baigne et ou l’on peut boire un planteur a moitié dans l’eau, offert par le capitaine. L’occasion de discuter un peu tranquillement dans un cadre paradisiaque.

On part ensuite en direction des différents autres ilets avec de la musique (gros cliché) et du rhum (gros cliché aussi ?).

P1120630-1

Nous avons pris le nécéssaire de plongée, et c’est l’occasion car à lors d’un arrêt, une jolie scéance plongée permet de voir de magnifiques poissons qui nagent dans les récifs.

Nous terminons l’après midi en rentrant tranquillement, avec cette grosse musique (foireuse), mais au final, on peut dire que l’après midi était plutôt bien entouré.
P1120619-1

Le soir bon repas a base de coq , bien épicé. Un régal.

Soirée apprentissage de zouk, couché assez tard.

Séjour vauclin jour 2

Chambre au RDC:

P1120598-1

Le lendemain matin, après le petit déjeuner, explication des plannings pour toutes les activité. Un panneau au niveau de la cafétéria reprend toutes les infos utiles sur la journée à venir, notamment sur l’emplacement du repas du midi, qui est alterné entre le centre nautique et le centre, qui sont mine de rien distant d’une dizaine de minutes en vélo.

Ayant la matinée libre, j’en profite pour emprunter un kayak au niveau de la base nautique (gratos) pour aller faire un tour avec un gars, colloc du cousin de mon colloc.

Nous sommes allé voir les mangroves qui sont un peu plus loin, en passant devant une piscine dans la mer, balisée par de grosses bouées, puis en terminant par les kite surf (intriguants) et je dois avouer que ça donne envie. C’est un peu dommage de ne pas avoir d’appareil photo étanche, mais je n’allais pas risquer le coup sur un kayak 🙂

Le déjeuner est sur le centre nautique, mais j’ai oublié mes affaires de voile dans la chambre,  donc aller/retour à la chambre avant de manger un bout sur place.

Le catamaran commence l’après midi. Apres une longue explication des bases que j’ai déjà, nous partons à l’eau. La sortie ne se passe pas spécialement bien car la personne avec qui j’étais n’était pas spécialement sympathique. Objectif du reste du séjour, éviter à tout prix de remonter avec lui sur un bateau !

Le soir, totalement détruit, je suis allé me coucher assez tôt, j’ai un peu bouquiné et puis au pieu. Sur un livre en anglais, j’éprouve un peu de mal avec la fatigue, mais ça passe.

Vue de la chambre :

Vue de la chambre

Séjour UCPA au Vauclin Jour 1

Lundi

Démarrage le matin ou je part avec Pa en direction de l’aéroport dès 9h, pour un décollage à 11h20. Le trajet se passe bien et l’enregistrement aussi, j’arrive à négocier une place dans le couloir avec l’hôtesse.

Le départ du vol est retardé par l’intervention de la police sur ce qui m’a semblé être un transport de fonds très important. Nous sommes partis avec pas moins de 20minutes de retard, ce qui n’a pas manqué de m’inquiéter pendant le vol vis a vis de la correspondance.

L’arrivée a Paris se passe bien mais je speede vers la suite, et je réalise avec horreur que je dois a nouveau refaire les contrôles de sécurité avant d’accéder a la zone d’embarquement.

Et évidemment il n’y a qu’un seul poste de contrôle.

J’attends un moment dans la file principale, puis voyant que je n’arriverais jamais à le prendre à temps, je demander aux personnes de la sécurité s’il est possible de faire une exception.

J’ai du bol je tombe sur les bonnes personnes qui me laissent passer, mais au contrôle de sécurité je me fais alpaguer et fouiller mon sac.

J’avais oublié mon couteau de Corée dans le sac alors qu’il avait déjà été contrôlé à Lyon.

Dégouté et horriblement stressé de rater mon avion je vois mes affaires se faire déballer, et mon précieux souvenir se faire jeter dans le bac, sans espoir de revoir, au revoir !

La personne est restée très calme et professionnelle, et même aimable, je pense que cela est du au fait que je sois passé dans une file de priorité

Je rentre dans l’avion et le vol se passe plutôt bien, occupé entre films et lecture.

Je suis arrivé hier à 17h sans encombre, le vol s’est bien passé,
A l’arrivée je vois le petit panneau Ucpa (car j’ai eu la chance de récupérer mon sac assez rapidement). A la sortie de l’aéroport, c’est avec plaisir que je me prend une grosse bouffée de chaleur, un peu humide mais ça fait plaisir !

Nous partons en bus climatisé (rebonjour le froid), et direction le centre. Nous sommes accueilli par un planteur (cocktail), et où l’on nous assigne les chambres.

Pas d’activité prévue le soir, nous avons un peu discuté avec mon roommate puis direction le lit, parce que mine de rien l’avion ca use !

Chambre

Jour 7 Dimanche

Le matin, on va chercher des patisseries pour se faire un délicieux petit dejeuner. En effet le petit dej de l’hotel n’est pas fantastique et en dehors des patisseries spécialement faites pour les touristes, le reste est vraiment peu cher, cela vaut le coup.

J’ai la matinée devant moi, la journée est libre. Je fais un nouveau tour de la vieille ville avec Nicolas qui y est passé hier, et qui nous avait mis l’eau à la bouche par son récit de vendeur d’épices et sa boutique étonnante.

SAM_2112

SAM_2125

La visite est tres sympathique, puis on se sépare alors qu’ils revont dans le souk, je vais pour ma part chercher des épices dans la partie vivant de la ville. C’etait sans compter qu’on est dimanche, et qu’une grande majorité des boutiques est fermée. Je tombe tout de meme sur une boutique ou je trouve des épices a couscous/tajine et un peu de thé à la menthe.

Nous nous retrouvons à un petit restau sur la place vraiment pas cher ou je commande un shawarma au poulet. Bien que l’attente soit un peu longue, il est super bon. Suite au repas, direction l’hotel pour se préparer au départ. J’avais laissé ma valise à l’accueil de l’hotel, et c’est parti pour le départ. Nous arrivons à l’aéroport en quelques minutes, j’ai a peine le temps de faire des cartes postales. Je les terminerai en attendant l’enregistrememnt.

Notre avion arrive de Paris et est le seul départ du moment, tous les gens dans la salle d’embarquement sont pour le départ. C’est d’ailleurs le plus petit aéroport que j’ai pu voir, une petite salle pour la douane a l’arrivée, et pour le départ deux comptoirs, quelques mini boutiques de souvenir, et un petit espace pour la douane, le scan, et la salle d’attente qui a de la capacité uniquement pour le contenu d’un avion.

SAM_2143

Nous partons presque à l’heure, sous les chants d’une école venue faire un tour dans l’avion et assis à l’ombre au moment du départ. J’ai la chance d’avoir toute une rangée de sieges pour moi, et armé de ma tablette, le trajet me parait vraiment court. On nous sert un repas, et nous voila arrivé à Paris.

SAM_2162

SAM_2149

Jour 6 Samedi

On se leve tout a fait tranquillement, il n’y a qu’1h30 de marche annoncée pour la journée. Comparé à la journée d’hier cela nous parait peu équilibré et un peu dommage pour le dernier jour. On part sur la grande route qu’on a suivi la veille, et direction la vallée des roses.

Finalement on effectue le trajet en moins d’une heure, encore plus dommage. Nous arrivons dans un village ou les mini bus nous attendent, on  prépare un pourboire pour tout le monde, et on le partage.

SAM_2097

Le retour se fait tranquillement en bus et l’on s’arrete dans le village ou nous avonsrecupéré le cuisinier pour dejeuner une délicieuse tajine qui a cuit au feu de bois pendant toute la matinée, c’est délicieux.

SAM_2105

Nous arrivons en début d’apres midi a Ouarzazate, et on dit au revoir à Mohammed qui va aceuillir un nouveau groupe a Marrakech le lendemain. Nous allons avec Olivier et Margault faire un rapide tour dans la vieille ville , puis on passe dans le souk. On tombe sur quelques vendeurs qui nous sortent leur numéro et pour ma part j’achete deux trois souvenirs surement un peu trop cher.

La soirée se déroule dans un restau qu’on pourrait considerer ‘deluxe’ et le couscous que je prend est bien à la hauteur de mes attentes, c’est délicieux.

La fatigue me rattrape rapidement et le soir je vais rapidement me coucher.

Jour 5 Vendredi

Nous nous levons à l’aube, mais je suis bien reveillé cette fois et je ne me sens pas fatigué. En effet, nous avions parlé d’aller voir le lever de soleil le matin, et c’est donc avant l’aube qu’on a commencé l’ascension de la colline face au campement.

SAM_2051

La vue est tres jolie, mais nous ne sommes pas assez haut pour voir rellement le lever de soleil. On voit la luminosité augmenter petit à petit mais une montagne nous bloque la vue. Nous voyons tout de meme la ligne de soleil apparaitre et éclairer petit à petit les montagnes alentours. Tranquillement, on reprend la descente pour le petit dejeuner.

La journée s’annonce comme étant longue et difficile, une rude ascension est prévue dès le départ. Le petit dejeuner pris, nous partons en direction de la montagne. J’essaie a nouveau de me placer derriere le guide mais j’ai pris beaucoup plus d’expérience et cela s’avere moins utile que le second jour. La montée est agréable, nous sommes comme d’habitude dépassés par les mules assez rapidement.

SAM_2066

Arrivés au col, nous croisons des groupes d’Alibert Trekking. Leur fonctionnement ne fait pas spécialement envie : en effet trois groupes se suivent à des intervalles d’environ 10 minutes, ce qui à mon sens n’est pas vraiment favorable à la sensation d’isolement.

De notre coté nous amorcons la déscente pour arriver vers 14h au niveau du lieu du repas. La pause nous parait assez courte mais il semblerait que l’apres midi soit aussi assez chargée. A peine remis de la grosse ascension mais surtout de la grosse descente, nous repartons en direction du bivouac.

SAM_2076

Cet apres midi est tout de meme moins interessant, nous sentons qu’on se rapproche de la civilisation. Beaucoup plus de villages, on croise meme des voitures et des motos sur les routes. On sort du massif du Sarhro.

SAM_2084

Le chemin est long et peu interessant, on essaie de tracer un peu, tout cela semble interminable. Nous arrivons enfin au campement qui évoque un peu un terrain vague dans la banlieue, mais cela fait du bien d’arriver enfin.

Le repas se fait aussi vraiment attendre, et nous n’aurons pas d’explications sur le retard. Comme d’habitude, soupe et plat de légumes avec pour changer omelette, mais le tout servi à 21h. La faim était tenaillante.

La partie que nous avions commencé en attendant le repas commencait vraiment mal, mais la nouvelle partie apres le repas était bien.

Derniere nuit sous tente. Plein de cailloux sous le matelas, la nuit a été difficile.

Jour 4 – Jeudi

Jour 4 Jeudi

Le lever de soleil le matin est impressionnant mais je n’ai pas pris mon appareil photo avec moi. En attendant que tout le monde se leve je lis un peu tranquillement.

SAM_1997

Le lever et le départ sont tranquilles, le petit dejeuner est comme d’habitude : de l’eau chaude pour au choix du lait en poudre, café ou thé, du pain pour faire des tartines avec de la confiture ou du kiri/vache qui rit et quelques céréales.

Alors que nous passons une école, nous arrivons dans un petit défilé ou Mohammed croise quelqu’un venant de sa vallée. Nous avons alors droit, pendant la pause du matin, à un thé à la menthe, ce qui nous marque vis à vis de l’hospitalité berbere. En effet il s’agit d’un cuistot pour un autre groupe qui a pris le temps de nous offrir un thé.

SAM_2006

Nous voyons des formations rocheuses impressionnantes erodées par le vent je suppose, qui se dressent, isolés. Le repas de midi est pris au pied d’une de ces formations rocheuses, et nous voyons aussi quelques dromadaires qui paissent paisiblement. Leurs pattes avant sont entravées pour éviter qu’ils s’échappent en courant, et on voir non loin le campement de nomade à qui ils appartiennent.

SAM_2022

La pause est encore une fois tranquille, je reste à bouquiner tandis que certains vont se ballader. Je ne les ai pas vu partir car j’ai du m’endormir un peu. La nuit à la belle étoile et le lever au coucher de soleil m’auront laissé fatigué au final.

SAM_2045

C’est devenu une habitude , le soir au bivouac les tentes sont déjà montée, c’est du bonheur. De notre coté d’ailleurs nous devenons experts dans le rangement de tentes, puisque le matin c’est nous qui les démontons.

Le bivouac de la soirée se situe a coté d’un batiment qui propose un petit magasin, j’en profite pour récuperer une boutille d’eau. Ils proposent également des douches pour 15 dirham, soit 1€50, ce que tout le groupe s’empresse de prendre.

L’eau est chauffée au feu de bois et fait du bien. En attendant que les autres se douchent je vais faire une mini lessive pour laver mon tee shirt et une paire de chaussettes. Tout sera sec le lendemain pour la grosse journée, ce qui me permettra de remettre les vetements les plus confortables pour cette grosse journée.

Pour en revenir à la soirée, j’accuse la fatigue et malgré mes idées sympa pour animer la partie, je la fais planter en beauté en indiquant les mauvaises personnes dans quasiment toutes les actions. Au moins tout le monde aura bien rigolé ^^


Jour 3 – Mercredi

On se reveille tranquillement à la perspective d’une journée tranquille de marche. Nous marchons sur une route assez large, et on peut découvrir quelques villages vraiment encaissés. Le paysage a vraiment des airs de grand canyon.

SAM_1931

Le repas de midi est pris dans une oasis, au bord d’un cours d’eau. Alors que certains vont se baigner un peu les pieds, je fais une sieste, puis bouquine un peu. Je remplis une n ouvelle fois mes gourdes.

SAM_1940

L’apres midi est moins impressionnant en terme de vues que le matin mais reste tout de meme pas mal. Alors que nous sortons du canyon et passons devant une école, on peut voir au loin le campement déjà monté à nouveau (super!) mais aussi que nous aurons des voisins ce soir la. Heureusement ils sont assez loin, mais le lendemain matin on pourra un peu les entendre.

SAM_1966

SAM_1948

Ce soir la j’anime une partie de Loup Garou, qui abeaucoup de succes, surtout aupres d’Anna, espagnole, qui aime bien mon élocution de conte 🙂

Quelques une d’entre nous passent la nuit à la belle étoile , le ciel est superbe et on se marre bien avant de s’endormir.

Jour 2 : Mardi

SAM_1856
Le départ est à 8h pour cette grosse journée, la nuit ayant été moyenne : je me suis réveillé quelques fois pour changer de position. Aujourd’hui j’adopte une stratégie de me placer derrière le guide pour prendre de l’assurance dans ma manière de marcher en suivant ses pas. La stratégie paye : je suis bien moins fatigué, plus régulier, et je vois au fur et a mesure de la journée que je prend de l’assurance sur rocher.
SAM_1859
Le paysage est superbe, la matinée est une matinée de montée principalement. Nous faisons une pause au sommet, sur des rochers. Le guide nous sort des petites friandises : chouchou, fruits secs, petits biscuits de voyage. La pause fait du bien, tandis que nous voyons les mulets devant nous descendre puis remonter un ravin, chemin sur lequel nous allons les suivre sous peu.

SAM_1870SAM_1889

La pause repas se fait un champ bien sympathique. L’après midi est beaucoup plus cool et il n’y a pas de difficulté.

SAM_1906
Lorsque nous arrivons au bivouac, nous avons la tres bonne surprise de voir que les tentes sont déjà montées. Tout le monde est super content, car il y a beaucoup de vent dans la vallée.

Comme nous sommes arrivés assez tot, et sur les conseils de Mohammed, nous entamons l’ascension de la colline juste en face de nous. La vue est superbe, et nous voyons en bas le guide faire un petit footing alors que de notre coté nous sommes tous fatigué de cette journée.
SAM_1917

SAM_1918 SAM_1920
Une fois redescendu, je vais chercher de l’eau au point d’eau. Il est assez loin du campement, et il faut descendre un petit précipice pour l’atteindre ? Non en fait j’avais raté le chemin qui partait sur la gauche, et je le vois du haut du ravin. Je descend alors et je croise les filles qui ne sont pas montées en haut de la pente revenant du point d’eau après s’être lavées. Pour ma part je remplis mes gourdes vides et je remonte, un peu fatigué.

La soirée se déroule bien, nous entonnons un petit chant d’anniversaire pour mon anniv, et nous passons la soirée à jouer à Loup Garou , sans cartes, mais c’est tout aussi fun.

Il m’est très difficile de m’endormir à cause du vent. De grosses rafales balaient la tente et me réveillent juste au moment de m’endormir.

Premier jour de trek : Lundi

Nous partons à 9h30. ,Le réveil se fait tranquillement, et après un peu de lecture au soleil tranquillement, je petit déjeune avec Olivier, qui n’a plus de voix.

Une fois terminé, je vais prendre ma dernière douche, avant de me rendre à une petite superrete pour acheter de l’eau pour le début du trajet. Cela me permettra de ne pas subir le gout de micro pur dés le départ. On est toujours attaché à la civilisation :p

Le trajet se déroule en minibus, sans accrocs. Le paysage est superbe, et je suis surpris de voir autant de monde sur les bords de la route, à regarder les voitures passer. De temps en temps on peut observer des personnes travaillant au champs ou sur des chantiers. Le nombre de maisons inachevées est impressionnant. Le guide explique que les gens construisent leurs maisons au fur et a mesure qu’ils ont les fonds pour se payer les parpaings. On peut aussi voir beaucoup de maisons en brique a l’état de ruine, ce qui donne une impression de conte des 1001 nuits.

Après avoir récupéré le cuisinier dans un village, nous bifurquons au bout d’un moment sur une petite route de cailloux. Nous arrivons après 15mn au milieu d’un petit groupement de maisons, et l’on peut déjà apercevoir les mules qui nous attendent.

SAM_1830
L’accueil est muletiers est correct, le guide a l’air de bien les connaitre. On nous indique une petite cour ou nous pouvons nous asseoir en attendant le repas et le chargement des mules.

En effet il s’agit de charger les 7 mules qui constitueront la caravane de maniere la plus équitable possible, et les discussions seront bien longues, entre la répartition des denrées, des tentes, et des affaires de chacun. Deux mules seront affectées à la nourriture, les autres se répartissant tout le reste.

SAM_1834

En attendant, nous prenons un thé après avoir déplacé le tapis qui arrivait en plein soleil. Une fois le thé pris, nous avons a nouveau déplacé le tapis en attendant le repas de midi. Le temps passant, nous avons encore une fois déplacé le tapis ! Et oui le soleil tourne et les européens que nous sommes avons cherché l’ombre lors de notre premiere journée au Maroc 🙂

SAM_1833

Nous partons assez tard pour trois heures de marche. Nous traversons un pont à moitié abimé alors que nous sommes toujours dans la vallée. Peu a peu nous quittons la végétation pour entrer dans une zone bien aride. Un puits marque la fin du village, et nous voila parti vers les montagnes.

SAM_1841

Peu a peu le paysage se transforme en paysage lunaire, et le chemin est vraiment plein de cailloux. J’ai l’impression de mal marcher, peut être parce que je ne me suis pas totalement adapté à mes chaussures, mais surement a cause du fait que je ne sais pas vraiment marcher sur les caillasses.

SAM_1847

Nous arrivons au campement, peu fatigué. A peine arrivés nous devons monter nos propres tentes, puis nous prenons un thé à la menthe. La première soirée personne ne sais exactement que faire, alors on discute un peu, je lis tranquillement tant qu’il y a du soleil. Quand la nuit tombe, on nous apporte un réchaud à lumière dans la tente qui chauffera et apportera de la lumière en attendant que le repas soit prêt.

SAM_1852

Le repas est constitué d’une soupe, de viande et de légumes. La soirée se déroule tranquillement et nous allons nous coucher assez tot en préparation de la journée du lendemain qui nous est annoncée difficile.
Trajet
http://runkeeper.com/user/Kamiben/activity/159803287